Le futur et le passé de tpg offline

Bonjour !

Vous le savez sûrement, mais je consacre une partie de mon temps à sans cesse améliorer tpg offline. Il n’y a pas eu quelques mises à jour depuis quelques temps, et je tenais à montrer où en est le développement, et en profiter pour faire une petite rétrospective.

Actuellement, une nouvelle version de la version iOS et une version Android sont en cours de développement, avec de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux designs.

tpg offline iOS, Version 25

tpg offline pour iOS est une application déjà vielle de 3 ans, et je veux que cette version 25 représente un changement majeur dans la façon d’utiliser tpg offline, et soit beaucoup plus utile pour l’utilisateur débutant, tout en étant aussi puissant pour le voyageur expérimenté

Pour cela, j’essaye de simplifier le design de l’application et de rendre certaines fonctions plus faciles à trouver ou à utiliser

Les captures d’écrans sont susceptibles de fortement changer entre maintenant et la publication de la nouvelle version, mais c’est je pense assez représentatif du chemin que je veux prendre.

La nouvelle version est loin d’être finie. Pour un ordre d’idée, voilà ce que j’aimerais faire :

  • Un nouveau design cohérent, accessible et simple à utiliser
  • Revoir l’architecture du code, pour plus de stabilité, et pour plus de lisibilité (et mettre des commentaires dans le code)
  • Un moteur d’itinéraires directement intégré dans l’application. C’est en bonne voie, mais l’algorithme renvoie encore quelques itinéraires incohérents. Il s’agit d’ailleurs de mon projet pour la spécialité Informatique au baccalauréat français.
  • Réaliser une nouvelle application, plus utile, pour l’Apple Watch
  • Et bien plus

Mais en parallèle de ça…

tpg offline Android, Version 1

Enfin ! Une version Android ! J’avais commencé à la développer en début d’année 2018, puis après février, plus de commits sur le repo, plus de modifications.

En ce début d’année, j’ai décidé de reprendre sérieusement le développement de la version pour Android, avec une version similaire avec ce que je veux proposer pour iOS, mais avec les canons du Material Theming. Je ne souhaite pas encore publier de captures d’écrans, car il n’y pas grand-chose à montrer à part des fondations de code.

La liste des fonctionnalités devrait être quasi-identique à celle de la version pour iOS, à ceci près que l’application est codée en Kotlin.

Le développement, dans le futur

Le développement de deux applications distinctes pour deux plateformes est quelque chose de chronophage et de fastidieux. Cependant, je pense que c’est la meilleure chose pour offrir la meilleure expérience utilisateur possible. Une expérience basée sur une stabilité, une fiabilité et une performance optimale, en plus d’une excellente intégration au système d’exploitation. Je veux créer une application qui puisse être utile, mais aussi agréable et plaisante à utiliser.

Mais voilà, je suis actuellement lycéen en terminale scientifique, je travaille, et développe tpg offline sur mon temps libre. La raison pour laquelle j’ai pu vraiment maintenir tpg offline depuis 3 ans fut mon emploi du temps assez léger. Cette année scolaire est différente sur ce point. Je ne me vois donc pas poursuivre aussi intensément le développement de tpg offline.

Oh, bien sûr, je continuerais à maintenir tpg offline, je continuais à développer l’application pour Android, mais les mises à jour seront plus espacées, et les nouveautés seront moins nombreuses. J’aimerais aussi passer un peu de temps à concrétiser mes projets et passions « secondaires », comme apprendre le japonais, plier des origamis, maintenir ce blog, m’épanouir dans mon travail ou étudier.

Mon expérience avec tpg offline

tpg offline fut ce que je considère comme mon premier vrai projet, ma première réalisation concrète. J’ai passé une grande partie de mon adolescence avec elle, et j’ai beaucoup progressé dans ma passion.

À la base, tpg offline n’étais qu’une application pour que je puisse consulter les horaires des bus quand je partais dans Genève, à l’époque où je n’avais pas de carte SIM, et où trouver un point d’accès Wifi à certains endroits de Genève était impossible. Il m’est assez étrange de repenser à cette époque à la fois si lointaine et si proche.

Vous souvenez vous de tpg offline 1.0 ?

Ça remonte il y a longtemps ? Ce design a été remplacé fin 2017. Les premières versions de tpg offline ne supportait pas les requêtes asynchrones, ne supportait pas les trajets de bus, et de nombreuses fonctionnalités manquaient à l’appel. Sans compter le design, que je trouve aujourd’hui assez laid, et les crashs à répétitions.

Depuis le premier commit sur GitHub de tpg offline (qui était d’ailleurs une application pour macOS), je n’ai cessé de progresser, de trouver des moyens de plus en plus pratique et intelligents de coder.

Avec tpg offline, j’ai pu aussi voir que ce que je crée a un vrai impact. Des centaines de personnes utilisent mon application quotidiennement, et je peux parfois le constater dans le tram; j’ai pu rencontrer Claude de SNOTPG, et j’ai un véritable projet open-source que je peux présenter dans un C.V.

Je me plais à développer tpg offline. Vraiment. Et je compte continuer aussi longtemps que cela me rends heureux.

Origami #1: La rose de Masahiro

La rose de Masahiro, conçue par Ichikawa Masahiro, fait partie des modèles que j’aime le plus plier. Cette rose est à la fois simple de sa conception, mais demande un peu de pratique pour arriver au résultat final.

Pour reproduire cet origami, vous pourrez trouver de nombreux tutoriels sur Internet, dont notamment celui ci-dessous, que je trouve plutôt bien fait.